Info du 25/12/15 : L’affaire Dreyfus

25 décembre 2015

Infos du jour

Info du 25/12/15 : L'affaire Dreyfus dans Infos du jour dreyfus_alfred-228x300

Alfred Dreyfus (1859-1935)

L’affaire Dreyfus dura près de 12 ans (1894-1906) et occupa une place centrale dans l’histoire de France. L’officier français et juif Alfred Dreyfus est accusé à tort de trahison en 1894 pour avoir soi-disant livré des documents secrets à l’Empire allemand. Il est ainsi condamné au bagne et déporté sur l’île du Diable. Ainsi pendant 12 ans, la France est scindée en deux groupes : les « dreyfusards » et les « antidreyfusards » (qui était surtout antisémites en fin de compte). Certaines figures telles Emile Zola ou Jean Jaurès ont soutenu Dreyfus dans cette affaire.

Dreyfus est donc, le 22 décembre 1894, condamné à l’unanimité du conseil de guerre au maximum des peines prévues par la loi. Le transfert de l’officier sur l’île du Diable, au large de la Guyane, eut lieu le 21 février 1895. Ses conditions de déportations furent extrêmement difficiles et inhumaines.

Plus on avançait dans le temps, plus les preuves montraient l’innocence de Dreyfus. En janvier 1898, Emile Zola écrit  »J’accuse…! » dans lequel il accuse, tout bêtement, le gouvernement français d’avoir commis un « crime juridique ». Le lendemain, les intellectuels faisaient paraître une double pétition appelant à la révision du procès Dreyfus. Il passe ainsi une seconde fois en 1899 devant le conseil de guerre.

images-4-300x161 affaire dreyfus dans Infos du jour

Contrairement à ce qu’on attendait, Dreyfus n’est pas innocenté. Le second procès fut mené du début jusqu’à la fin par les accusateurs de Dreyfus, qui sont bien évidemment antidreyfusards. Ils clament sa culpabilité et influencent ainsi le juge : Alfred Dreyfus est condamné à 10 ans de prison.

10 ans, c’est toujours mieux que de rester jusqu’à la fin de sa vie sur une île. Mais Dreyfus ne renonça pas pour autant à faire reconnaître son entière innocence. Ainsi, en 1903, pour la troisième fois on demande au gouvernement de revenir sur son erreur. Cette fois, ce sera Jean Jaurès qui tentera de faire réhabiliter Dreyfus.

Une enquête est ainsi menée, car mieux vaut tard que jamais, et démontre l’entière innocence de l’officier. C’est ainsi qu’en juillet 1906, la Cour de cassation reconnut l’erreur de la justice et surtout celle de 1899 : « c’est par erreur et à tort que cette condamnation a été prononcée ». Il est alors libéré, enfin. Mais son avenir professionnel dans l’armée étant en quelque sorte brisé, il décida de démissionner de son poste en 1907.

Cette affaire fut certainement, sans compter la Révolution française, l’événement le plus marquant de la France contemporaine et de la République.

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Histoire et Politique |
Ikonidjabal |
Lorella |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Héros & Demi-Dieux
| Itiip23
| Licencehistoire